Accéder au contenu principal

Un nouveau départ pour les Sœurs franciscaines de la sainte famille



La supérieure générale des Sœurs franciscaines de la sainte famille, sœur Marianne Jungbluth, venue d’Eupen en Belgique, a nommé sœur Clémence Tabu pour succéder à sœur Claire Kunzi comme supérieure régionale en RDC. C’était à l’issue d’une consultation organisée lors du chapitre régional que sœur Jungbluth a présidée récemment au Centre Verbist de Kinshasa-Mbudi.

La congrégation a été fondée en 1857 à Eupen, avec le charisme : servir Dieu dans les pauvres et les démunis, la jeunesse et les personnes âgées. Les missionnaires sont arrivées en RDC en 1958. Leur maison régionale est à Dungu, au diocèse de Dungu-Doruma, dans la province du Haut-Uélé. Le recrutement de Congolaises a commencé en 1982. Aujourd’hui, toutes les missionnaires belges, allemandes et hollandaises sont parties. Les Congolaises sont une vingtaine, présentes à Amadi, à Dungu et à Kisangani.
Le chapitre régional avait pour but de rechercher le royaume de Dieu et de savoir comment servir l’Eglise et le monde dans l’aujourd’hui. Plus particulièrement, les religieuses cherchent comment aboutir à un renouveau de la communauté entière maintenant que les missionnaires sont parties et que les Congolaises ne sont pas suffisamment formées pour la relève.

La nouvelle supérieure régionale, sœur Clémence Tabu, et son conseil doivent travailler à l’avènement d’un nouveau départ, visionnaire, réaliste, pour accomplir la mission au Congo. Pour la supérieure général, « il faut des sœurs bien formées pour ce renouveau ». 

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.