Accéder au contenu principal

L’évêque de Bunia veut des prêtres au service de tous



Pour l’évêque de Bunia, dans la province de l’Ituri, l’Eglise a besoin de prêtres appelés par le Seigneur dans des circonstances diverses pour être au service, non plus seulement de leurs familles et de leurs tribus, mais de tout le monde sans discrimination.

Mgr Dieudonné Uringi l’a déclaré à l’homélie de la messe qu’il a présidée le vendredi 21 juillet dans la cathédrale Notre-Dame de grâce. L’évêque ordonnait un nouveau prêtre, monsieur l’abbé Frédéric et quatre diacres, messieurs les abbés Deogratias Dhedonga, Dieudonné Magbo, Jean-Deogratias Semire et Vincent Mateso. En parlant de la discrimination, l’évêque de Bunia évoquait de récents événements qui ont engendré des malentendus à caractère tribal. Il a insisté aussi sur les qualités d’un diacre, selon les actes des apôtres. Le diacre doit être un homme de foi, de bonne réputation, rempli de l’Esprit Saint et de la vraie sagesse.

Ce 21 juillet, Mgr Uringi a aussi remercié et félicité cinq prêtres pour leur jubilé de sacerdoce. Il leur a transmis des bénédictions du Saint-Père François. L’abbé Bénézet Bujo fêtait ses 50 ans de sacerdoce. Et quatre autres prêtres de Bunia commémoraient leurs 25 ans au service du Seigneur. Ce sont messieurs les abbés Chrysanthe Ngabu, Jean-Faustin Djokaba, Jean-Faustin Kpawi et Télesphore Liripa.

L’évêque a invité les fidèles à prier pour les jubilaires et pour les nouveaux ordonnés prêtre et diacres afin qu’ils demeurent persévérants et assidus dans la vigne du Seigneur. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.