Accéder au contenu principal

Premiers vœux chez les Filles de saint Paul



Dans l’archidiocèse de Kinshasa, la famille paulinienne a célébré son patron, l’apôtre saint Paul, le vendredi 30 juin. Le père Patrick Nshole, de la société missionnaire saint Paul, l’a expliqué lors de la messe présidée dans la cour de la communauté des Filles de saint Paul sur la dixième rue à Kinshasa-Limete. Paul est le vrai fondateur de la famille paulinienne, d’après le bienheureux Jacques Alberione, qui a fondé la dizaine de congrégations et instituts dont certains sont présents en RDC, comme l’expliquera aussi, à la fin de la messe, le père Roberto Ponti, supérieur régional des missionnaires de saint Paul.

Le père Patrick Nshole a particulièrement recommandé l’exemple de saint Paul à deux novices des Filles de saint Paul. Après le noviciat à Nairobi, au Kenya, elles sont venues prononcer leurs premiers vœux de religion à Kinshasa. Ce sont les sœurs Francine Nkokanga et Ghislaine Masika.
La supérieure déléguée des Filles de saint Paul en RDC et en Côte d’Ivoire, sœur Godelieve Mastaki Ngalula, a reçu ces vœux au nom de la supérieure générale, sœur Anna Maria Parenzan.
Sœur Mastaki a fait remarquer à l’assemblée qu’à Nairobi, à la même heure qu’à Kinshasa, huit autres jeunes Africaines ont prononcé leurs premiers vœux comme Filles de saint Paul. L’Afrique est bénie, a-t-elle commenté. 

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.