Accéder au contenu principal

Entrer au couvent pour « dormir dans la chapelle »


Témoignage de

Sœur
Germaine-Marie
de la Sainte Face
(Nathalie)
MITWARI,

Sœur de sainte Marie
de Namur




« Maintenant que je n’ai plus d’apostolat direct, à 80 ans, je me consacre à la prière et au silence pour soutenir celles qui luttent dans la vallée des larmes afin que leur apostolat porte des fruits agréables à Dieu. »



Qui suis-je ? Permettez-moi de me présenter : Je m’appelle Nathalie Mitwari, je suis la deuxième fille de la famille d’Albert Mitwari et de Germaine Kiwele. Notre famille comptait dix enfants dont six filles et quatre garçons. Je suis née à Ambura-Capital le 15 avril 1937. J’ai grandi à Tango-HCB (Huileries du Congo-Belge), devenu plus tard Tango-PLC (Plantations Lever au Congo) où papa travaillait. Nous habitions le camp Matadi, au numéro 18. C’est là que j’ai vécu, dans une famille paisible, harmonieuse et chrétienne. Je me rappelle que chaque matin, c’est la prière du papa qui nous réveillait.
Très tôt, ma sœur aînée Astrid (que Dieu ait son âme !) et moi, nous sommes parties à Leverville-Soa pour commencer l’école primaire. Après le certificat de la sixième primaire, j’ai entamé l’école normale avec comme directrice sœur Françoise Elisabeth, de la congrégation des Sœurs de sainte Marie de Namur. A la chapelle où nous allions pour le chapelet, la soeur me fascinait au point que je désirais entrer au couvent pour dormir à la chapelle. Je croyais que les sœurs passaient la nuit à la chapelle afin de ne pas courir pour y aller.
Mon désir était d’entrer chez les sœurs de sainte Marie de Namur, mais elles n’avaient pas de noviciat. Et je ne voulais pas en parler, jusqu’au jour où la Supérieure générale est passée pour sa visite. Et c’est alors que j’ai parlé à une demoiselle laïque belge qui était notre titulaire de deuxième normale. Elle m’a introduite auprès de sœur Françoise Elisabeth, et celle-ci, auprès de la Mère générale qui m’accueillit avec beaucoup de bonté et de tendresse.
La Mère générale m’a dit de prier et d’annoncer aux parents que le 7 septembre 1956, je devrais me trouver à Djuma pour commencer le postulat. C’est à papa que je l’ai dit, et il était d’accord. Et comme je lui avouais que j’avais peur de le dire à maman, il m’a simplement répondu : « Est-ce que ta maman ne prie pas le bon Dieu ? » J’étais apaisée, et j’ai chargé papa de l’annoncer à maman.

Expérience vocationnelle

Comme convenu, le 7 septembre 1956, nous étions à la mission, et c’est à 7h00 du matin que nous avons quitté Leverville en direction de Djuma où nous attendait sœur Marie Pia, d’heureuse mémoire, comme maîtresse du noviciat. Dans l’après-midi, nous arrivions à Djuma, à la joie de toutes les sœurs.
Le 8 septembre, en la fête de la Nativité de la Vierge Marie, avant l’office des vêpres, nous étions habillées tout en blanc de la tête aux pieds, c’est-à-dire avec voile, robe, pèlerine, chaussettes et pantoufles blancs. Ma dévotion à la Vierge Marie a toujours été filiale.
Le 12 août 1957, en la fête de sainte claire, nous sommes devenues novices. Nous avons pris l’habit. A cette époque, la tradition voulait qu’à l’exemple d’Abraham, on change de nom. Il fallait proposer trois noms, et avec la supérieure, on en choisissait un. C’est ainsi que de Nathalie, je suis devenue sœur Germaine-Marie, le nom de ma mère.
Après cela, Antoinette Muniongo qui était devenue sœur Marie-Bruno et moi, nous sommes parties en Belgique pour commencer notre noviciat. Nos deux autres compagnes sont restées pour leur formation à Djuma.
A Jambes, en Belgique, c’est sœur Camille qui était maîtresse des novices avec sœur Jacques comme assistante. Nous étions nombreuses, de toutes nationalités, et c’était bon de faire connaissance, de se lier d’amitié avec les personnes que nous ne connaissions pas encore. Nous deux, nous étions comme deux couleurs noires au milieu d’une masse de Blanches, mais nous n’avions aucun complexe. Nous nous sentions à l’aise. Et nous nous aimions beaucoup entre nous, très fraternellement.
Deux ans plus tard, nous étions admises à émettre nos premiers vœux, toujours le 12 août, à Jambes. C’était très beau. Nous nous sommes habillées comme de jeunes mariées, avec un long voile blanc, qui était retiré pour faire place à un voile noir après l’émission des vœux. Après cela, nous sommes descendues à Namur où nous attendait sœur Marie Jean, maîtresse du juniorat.
Après avoir passé une année en quatrième moderne à Namur, je suis allée à Champion pour suivre les cours en première année normale Fröbel pour l’école maternelle. Un an et un trimestre plus tard, les supérieures nous ont demandé, à ma compagne, qui était à Sainte Elisabeth à l’école d’infirmière et à moi-même, d’obtenir un diplôme du Congo à l’école des monitrices, car les sœurs de Sainte Marie allaient quitter Leverville pour fonder Fatundu en 1963.
Ayant obtenu le diplôme de quatrième normale le 24 août 1962, j’ai été désignée avec sœur Marie Paul, d’heureuse mémoire, sœur Christine Lemaçon, elle aussi d’heureuse mémoire, et sœur Claire-Thérèse, pour fonder la communauté de Sia.
Nous devions récupérer les filles qui étaient chez les garçons pour reconstituer une direction. Sœur Marie Paul était supérieure et directrice. J’avais la quatrième année primaire. L’année d’après, je devais monter en cinquième année avec mes élèves. En septembre, à la rentrée scolaire, sœur Aimée Marie tombe malade et le médecin dit que son cas est grave. D’ailleurs, elle mourra à Kikwit en avril 1963. Il y eut un changement : la directrice de Djuma, sœur Marie Marguerite, rentre à Kikwit, et sœur Marie Gabrielle, maîtresse des novices, devient directrice de l’école primaire de Djuma. On me demande d’aller à Djuma comme adjointe pour aider la directrice tout en ayant la classe de troisième année. C’est ainsi que je quitte Sia et mes élèves de cinquième année. Mais j’y reviendrai à deux reprises comme directrice et supérieure de la communauté pendant six ans avec interruption.
Pendant que je dirigeais l’école primaire, mon grand souci était de conduire les enfants au Christ par la prière. C’est ainsi que les messes scolaires étaient organisées une fois par semaine. Et le jeudi, nous organisions l’adoration au Saint-Sacrement à la première heure, à la place du cours de religion, où j’apprenais aux enfants comment entrer à l’église et comment se tenir devant le Saint Sacrement, en me rappelant cet article de nos constitutions n° 75 (Cf. Is 56,6-8). Un des plus grands services que les sœurs puissent rendre à leurs frères est de les conduire à la prière, car tous sont créés pour servir et aimer le Seigneur, l’adorer en esprit et en vérité et se réjouir dans la maison de prière.
Cela a toujours été mon grand souci de conduire les hommes à Dieu. Aussi, comme supérieure de la maison, le lundi, je relisais avec les travailleurs l’évangile du dimanche et nous faisions un petit partage. C’était pour moi l’occasion de leur expliquer certaines choses à travers l’Evangile. C’était surtout à Djuma avec ceux de l’école, qui se joignaient à ceux de la maison. C’était une conduite pendant que j’avais l’apostolat direct et actif.
Maintenant que je n’ai plus d’apostolat direct, à 80 ans, je me consacre à la prière et au silence pour soutenir celles qui luttent dans la vallée des larmes afin que leur apostolat porte des fruits agréables à Dieu.

Pour la congrégation
La vocation est personnelle, mais en arrivant au couvent, j’ai rencontré d’autres personnes appelées par le même Jésus pour former une communauté fraternelle. Chacune de nous étant différente, il faut accueillir chacune telle qu’elle est. Cela n’a pas toujours été facile.
Ce qui m’a soutenue et m’a permis de vivre avec joie mon appartenance à la congrégation des Sœurs de Sainte Marie de Namur, c’est ma fidélité à la prière au quotidien quel que soit le temps ou le lieu. C’est surtout l’Eucharistie qui a alimenté mes forces spirituelles et morales. Dans toutes les circonstances, Dieu m’a toujours soutenue. Dans la Bible, ce passage de l’Exode m’a toujours fascinée : Exode 33,11. Yahvé conversait avec Moïse face à face comme un homme converse avec un ami. Et en saint Jean 15,15, Jésus nous dit : « Je vous appelle amis, car tout ce que j’ai appris de mon père, je vous l’ai fait connaître. »
Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus que j’ai découverte depuis l’entrée au postulat m’a toujours accompagnée, elle est devenue pour moi comme une grande sœur. C’est ainsi que je m’appelle Sœur Germaine de la Sainte face. Et comme elle, je voudrais faire tout par amour de Jésus dans le silence et rester cachée en lui.

Que dire aux jeunes qui nous suivent ?

La vie que nous avons librement choisie est une offrande de nous-mêmes, dans une fidélité silencieuse qui doit durer. Il faut être responsable de ses convictions personnelles et capable de prendre des initiatives tout en étant en dialogue avec l’autorité compétente. Je voudrais vivre dans la joie d’appartenir à Dieu dans la congrégation des Sœurs de Sainte Marie de Namur. Je soutiens que la fidélité à la prière nous aidera à tenir bon dans le silence qui est un ami qui ne trahit jamais. Nous pourrions réaliser le rêve de Don Minsart, notre fondateur, qui nous voulait « au dernier rang » parmi les instituts similaires.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Des églises en construction dans les diocèses de Tshumbe et de Mahagi-Nioka

Sept nouvelles églises paroissiales sont en construction dans le diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. L’évêque de Tshumbe, Mgr Nicolas Djomo, annonce la nouvelle en saluant l’effort fourni par le peuple de Dieu et particulièrement par des prêtres qui mettent à contribution des amis et bienfaiteurs. L’église saint Louis de Wembonyama est en phase de finition. Le presbytère suivra bientôt. Suivront aussi les églises paroissiales de Wembe St Pierre et Songo St Jean à Tshumbe, puis St Mathieu à Lodja Cité et la dernière à l’Université Notre-Dame de Tshumbe.