Accéder au contenu principal

Au cœur des jours et des nuits : La gifle sur Jésus




Jésus de Nazareth a reçu une gifle qu’il ne méritait pas, et il a répondu de la manière non-violente qui était la sienne. Une manière que l’on connaît, qui vous oblige aujourd’hui à observer comment la société congolaise préfère gifler des gens pour éviter de chercher la vérité.

Les hommes qui gardaient Jésus après son arrestation se moquaient de lui et le battaient. L’évangile selon saint Luc le dit au chapitre 22 verset 63. Pilate avait fait battre Jésus avant de le livrer pour être crucifié. Mais Jésus qui se voulait un Messie non-violent avait demandé de « laisser faire » (Luc, chapitre 22, verset 51). Même cela !
L’évangéliste Luc, on lui a sans doute raconté l’épisode, comme il le reconnaît lui-même (Luc 1,1-4). Mais l’évangéliste Jean était peut-être ce disciple connu du Grand Prêtre et qui a eu le privilège d’accompagner Jésus. Jean aura donc vécu en témoin oculaire lorsqu’un garde du Grand-Prêtre gifla Jésus. Et Jésus répondit : « Si j’ai mal parlé, montre en quoi ; si j’ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu ? » (Jean 18,23)
Si Jésus avait été un Congolais, il aurait peut-être rappelé l’adage qui fait remarquer que le sage regarde la lune qu’on lui montre du doigt tandis que le stupide regarde la main et le doigt qui lui indiquent la lune. Autrement dit : la vérité est au-delà de celui qui parle. Ne vous acharnez pas sur lui en l’injuriant, en le giflant. Vous ne toucherez pas la vérité, vous ne prouverez pas ainsi le contraire.
Jésus de Nazareth s’est dit la vérité. Il demande qu’on montre la vérité contre l’erreur. Le garde zélé du Grand-prêtre ne peut montrer la vérité. Son chef, le Grand-prêtre non plus. Le gouverneur Pilate non plus. Pilate se lava les mains dans l’affaire, comme la tradition l’a retenu. La foule qui préfère le bandit Barabbas n’aura pas non plus convaincu Pilate de la vérité pour laquelle il aurait fallu condamner Jésus.
La vérité, dans l’affaire, n’éclatera qu’après la mort de l’innocent Jésus. Et des siècles et des années plus tard, jusqu’aujourd’hui, dans notre pays, on doit poser toujours la même question : « Si j’ai mal parlé, montre en quoi ; si j’ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu ? »
Dans la société congolaise, aujourd’hui, la foule n’attend même pas votre réaction. La foule ne vous écoute même pas lorsqu’elle juge sans appel que vous êtes coupable. On vous giflera. On vous lynchera. Avant que la police n’arrive, avant que la justice ne s’occupe de vous. Et voilà que tout le monde se fait justice, voilà tout le monde rendre la justice. Parce que la justice, comme dans le cas de Jésus de Nazareth, l’innocent condamné par erreur et par faute, la justice ne sait pas dire non plus en quoi vous avez réellement tort. Ou raison.
Les gifles viennent aussi des médias. Des journalistes n’auront appris à pratiquer que le lynchage médiatique. Ils ne diront jamais en quoi vous avez mal parlé, en quoi vous avez tort. Ils ne chercheront pas la vérité pour vous convaincre de l’erreur. Les journalistes, souvent, ne cherchent pas la vérité. Ils vous condamnent sans appel, selon que vous êtes ceci ou cela. Ils parleront de vous, de votre passé, de votre famille, de votre vie privée. Et ils feront même oublier les sujets à l’ordre du jour. Les débats reviennent à des querelles de personnes.

Jean-Baptiste MALENGE Kalunzu

jbmalenge@gmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Des églises en construction dans les diocèses de Tshumbe et de Mahagi-Nioka

Sept nouvelles églises paroissiales sont en construction dans le diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. L’évêque de Tshumbe, Mgr Nicolas Djomo, annonce la nouvelle en saluant l’effort fourni par le peuple de Dieu et particulièrement par des prêtres qui mettent à contribution des amis et bienfaiteurs. L’église saint Louis de Wembonyama est en phase de finition. Le presbytère suivra bientôt. Suivront aussi les églises paroissiales de Wembe St Pierre et Songo St Jean à Tshumbe, puis St Mathieu à Lodja Cité et la dernière à l’Université Notre-Dame de Tshumbe.