Accéder au contenu principal

« Mission et tribalité », thème d’un colloque de la Chaire Cardinal Malula




Mission universelle et tribalité. Tel a été le thème général de la quarante-huitième session de la Chaire Cardinal Malula organisée le jeudi 15 mars à l’Institut Saint Eugène de Mazenod de Kinshasa-Kintambo par l’Institut Africain des Sciences de la Mission.

Le directeur de l’Institut Africain des sciences de la mission, le père oblat de Marie Jean-Pierre Bwalwel, a dit combien ce thème est d’actualité brûlante et oblige à réfléchir en profondeur dans l’esprit de la catholicité qui caractérise la foi chrétienne.
Quatre professeurs se sont partagé le propos. Unité dans le Christ et identités ethniques en République démocratique du Congo, le père jésuite Léon de Saint Moulin a ainsi ouvert la session, s’appuyant notamment sur l’enseignement social de l’Eglise. Monsieur l’abbé François Batuafe, prêtre de Basankusu, a ouvert la Bible avec sa conférence intitulée « Tribalité dans la Bible et en Afrique : approche interculturelle ». Et sœur Josée Ngalula, religieuse de saint André, a renseigné sur L’impact de la référence tribale dans les communautés ecclésiales vivantes de base dans l’archidiocèse de Kinshasa. Un missiologue, le père Patience Mpayembe, religieux de saint Vincent de Paul, a présenté « L’Eglise et sa mission universelle en milieu pluriethnique. Exigence de conversion ».
A l’ouverture des travaux, le père Jean-Baptiste Malenge, missionnaire oblat, a esquissé le contexte d’émergence du thème de la quarante-huitième session de la Chaire cardinal Malula. Il s’agit de l’interpellation venue de l’affaire de Mgr Peter Opkaleke, nommé en 2012 par le pape Benoît XVI évêque d’Ahiara au Nigeria, mais qui a démissionné en février 2018, sans avoir jamais pu prendre possession physiquement de son diocèse. Il a été récusé par des prêtres et des laïcs à cause de son origine ethnique. Ce cas oblige à penser, et l’Institut Africain des Sciences de la Mission a mobilisé une quinzaine d’auteurs pour un ouvrage collectif à paraître en mai prochain sur l’articulation entre la foi chrétienne, l’appartenance à l’Eglise et l’appartenance à un groupe, à un peuple donné.
Mgr Louis Mbwol, évêque émérite d’Idiofa, a prononcé la prière à l’ouverture et à la clôture de la séance. Il a demandé que le Seigneur fasse vivre ses enfants dans la communion et la paix. 

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Des églises en construction dans les diocèses de Tshumbe et de Mahagi-Nioka

Sept nouvelles églises paroissiales sont en construction dans le diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. L’évêque de Tshumbe, Mgr Nicolas Djomo, annonce la nouvelle en saluant l’effort fourni par le peuple de Dieu et particulièrement par des prêtres qui mettent à contribution des amis et bienfaiteurs. L’église saint Louis de Wembonyama est en phase de finition. Le presbytère suivra bientôt. Suivront aussi les églises paroissiales de Wembe St Pierre et Songo St Jean à Tshumbe, puis St Mathieu à Lodja Cité et la dernière à l’Université Notre-Dame de Tshumbe.