Accéder au contenu principal

Au coeur des jours et des nuits : Le pape et les "fausses nouvelles"






J’en ai entendu beaucoup remercier le Saint-Père François d’avoir dénoncé les fausses nouvelles, dites en anglais les fake news. Le pape a toujours demandé de « vivre la vérité », et pas seulement de la proclamer. Aux journalistes, en particulier, le pape rappelle à maintes reprises trois « péchés médiatiques » capitaux : la désinformation, la calomnie et la diffamation.

Pour la cinquante-deuxième Journée mondiale des communications sociales, en 2018, le pape a choisi le thème : « La vérité vous rendra libres » (Jn 8, 32). Fausses nouvelles et journalisme de paix ».
Les « fausses nouvelles », il n’y a donc pas que le président américain Ronald Trump qui les déplore dans les médias américains. Chacun de nous s’en plaint d’une manière ou d’aune autre, parce que les fausses nouvelles déforment la réalité, nous trompent comme le serpent avait trompé Adam et Eve en jouant sur la vraisemblance. Le mensonge ressemble parfois à la vérité. Le diable se déguise en ange de lumière. Et il nous faut faire attention pour discerner.
Pour discerner, le pape nous avertit qu’aujourd’hui, les fausses nouvelles se répandent rapidement et de façon virale. Oui, comme un virus, par la logique du partage des médias sociaux. J’en connais beaucoup qui passent leur temps sur whatsapp à vous transférer des textes, des images, des vidéos, sans même vous dire un petit bonjour. C’est comme si quelqu’un les avait punis ou les payait pour le faire.
Le pape nous explique que les fausses nouvelles ont une « emprise sur l’avidité insatiable qui s’allume facilement dans l’être humain », c’est-à-dire sur « la soif du pouvoir, de l’avoir et du plaisir » qu’il y a en chacun de nous. Et le pape prescrit comme remède contre le virus du mensonge, de « se laisser purifier par la vérité ». Le pape cite le Seigneur Jésus qui a dit : « La vérité vous rendra libres » (Jn 8,32).
Le pape François lie la vérité à deux ingrédients : la libération du mensonge et la recherche de la relation. Sur la relation, le pape écrit : « Un argument impeccable peut en fait reposer sur des faits indéniables, mais s’il est utilisé pour blesser quelqu’un et pour le discréditer aux yeux des autres, aussi juste qu’il apparaisse, il n’est pas habité par la vérité » (n° 3)
Or, le pape insiste sur la responsabilité et sur la paix. Le pape écrit : « Le meilleur antidote contre les faussetés, ce ne sont pas les stratégies, mais les personnes : des personnes qui, libres de l’avidité, sont prêtes à l’écoute et à travers l’effort d’un dialogue sincère laissent émerger la vérité ; des personnes qui, attirées par le bien, se sentent responsables dans l’utilisation du langage. » (n° 4).
Le pape demande de promouvoir un journalisme de paix. On peut penser que le pape ne parle que des journalistes. Non. Tout le monde est appelé à la sainteté. Le 19 mars 2018, le pape a publié un document, une « exhortation apostolique » intitulée « Gaudete et exsultate. Sur l’appel à la sainteté dans le monde actuel ». Au numéro 115, le pape écrit :
« Les chrétiens aussi peuvent faire partie des réseaux de violence verbale sur Internet et à travers les différents forums ou espaces d’échange digital. Même dans des milieux catholiques, on peut dépasser les limites, on a coutume de banaliser la diffamation et la calomnie, et toute éthique ainsi que tout respect de la renommée d’autrui semblent évacués. Ainsi se produit un dangereux dualisme, car sur ces réseaux on dit des choses qui ne seraient pas tolérables dans la vie publique, et on cherche à compenser ses propres insatisfactions en faisant déferler avec furie les désirs de vengeance. Il est significatif que parfois, en prétendant défendre d’autres commandements, on ignore complètement le huitième : ‘‘Ne pas porter de faux témoignage ni mentir’’, et on détruit l’image de l’autre sans pitié. Là se manifeste sans contrôle le fait que la langue est un ‘monde du mal’ et ‘elle enflamme le cycle de la création, enflammée qu’elle est par la Géhenne’ (Jc 3, 6).
Interpellation du pape, donc, à tous ceux qui utilisent l’internet et les réseaux sociaux : facebook, whatsapp, imo, viber, twitter, instagram et tous les autres, présents et futurs.

Jean-Baptiste Malenge
jbmalenge@gmail.com

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les Sœurs franciscaines de Tshumbe dissipent la peur de Facebook

De la peur de Facebook à la lumière. Tel est le sentiment exprimé le samedi 13 octobre 2018 par des Sœurs de saint François d’Assise de Tshumbe, dans la province du Sankuru, à l’issue de la session de formation en communication assurée pendant quatre jours par le Centre de Recherche etd’Education en Communication (CREC). Le père Jean-Baptiste Malenge, formateur du CREC et monsieur l’abbé Guy Leta, chargé de communication du diocèse d’Idiofa et doctorant en communication à l’Université catholique du Congo, ont animé cette session sur l’usage des médias sociaux.

Témoignage de Sœur Astrid Tete sur l’agression, le 12 novembre 2018, du couvent des Sœurs Salésiennes de la visitation à Bandundu-Ville

Quatre bandits armés avaient commencé par attaquer le curé de la paroisse Nto-Luzingu, le père polonais Pierre Handziuk, de la congrégation des missionnaires du verbe divin. Pour l’empêcher d’appeler au secours, les bandits l’ont  emmené de force à la communauté voisine des Sœurs salésiennes de la visitation. La supérieure de la Communauté, sœur Astrid Tete, 78ans, raconte.

Les religieuses de saint André pour la promotion du lycée Siama et l’éducation de la jeune fille de Kikwit

En présence de la supérieure régionale des Religieuses de saint André, sœur Catherine Nsiami, la sœur Rachel Mundungu, préfet du lycée Siama ex saint André, à Kikwit, dans la province du Kwilu, a accueilli, le dimanche 17 février, le ministre national de l'enseignement primaire et secondaire, Gaston Musemena. Il séjournait à Kikwit pour le lancement officiel, au collège Sadisana des pères jésuites, de la session des examens préliminaires pour les candidats autodidactes aux examens d'Etat.