Accéder au contenu principal

La Supérieure générale des Sœurs de la Sainte Famille de Bergame en fête à Kinshasa





La supérieure générale des Sœurs de la sainte famille de Bergame, sœur Gianfranca Beretta, est venue d’Italie pour célébrer à Kinshasa ses cinquante ans de vie consacrée. Le père oblat de Marie Immaculée Gérard Ndukulu a célébré pour l’occasion une messe le dimanche 12 octobre dans la chapelle du noviciat de la congrégation à Kinshasa-Matete.





Les six religieuses professes, les trois novices et les six postulantes et des aspirantes ont participé à l’eucharistie. La vicaire générale de la congrégation, sœur Chiara Rivola, a accompagné la mère générale.

Elue récemment supérieure générale, sœur Beretta a choisi d’effectuer sa première visite canonique à la RDC pour marquer de façon particulière la prédilection pour ce pays, nouveau vivier de vocations.

La congrégation fondée en Italie en 1857 par sainte Paola Elisabetta Cerioli s’est implantée dans l’archidiocèse de Kinshasa en 2007. Les premières sœurs ont ouvert une communauté dans le quartier Gombele ex Righini de la commune de Lemba. Les religieuses y tiennent le complexe scolaire sainte Famille, avec des écoles maternelle, primaire et secondaire, suivant le charisme de la congrégation qui se dédie principalement à l’éducation des jeunes, surtout des orphelins et des pauvres.

 Le noviciat de la congrégation a ensuite ouvert dans la commune de Matete et le postulat, dans la commune voisine de Limete. 

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.