Accéder au contenu principal

Molegbe : La caritas diocésaine au secours des réfugiés centrafricains



Des réfugiés centrafricains arrivés dans le nord de la RDC reçoivent de l’aide multiforme de la caritas diocésaine de Molegbe, dans la province de l’Equateur.
Monsieur l’abbé Egide Mbimba, président de la Commission diocésaine Caritas-Développement, a procédé ainsi, le vendredi 3 octobre, à la distribution de kits scolaires à plus de mille enfants insérés dans les écoles des paroisses saint Antoine de Molegbe Cathédrale, saint Joseph de Gbadolite et saint Michel de Mobayi-Mbongo. Le ministère de l’enseignement primaire et secondaire a promis de se charger des frais scolaires pour ces enfants réfugiés.


A 45 kilomètres de l’évêché de Molegbe, dans le camp Inke, aménagé à Gbadolite, la caritas diocésaine a procédé aussi, du 26 au 30 septembre, à la distribution de vêtements et d’articles ménagers pour les familles.

La caritas diocésaine de Molegbe, en partenariat avec la caritas nationale, reçoit de l’aide de la caritas Allemagne avec un cofinancement du gouvernement fédéral allemand. L’aide porte sur quatre secteurs essentiels : des articles ménagers ; l’éducation, avec réhabilitation d’une école ; l’eau, l’hygiène et l’assainissement ainsi que la protection. 



Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.