Accéder au contenu principal

Uvira : La Commission Justice et Paix célèbre la Journée internationale de la paix


La Commission Justice et Paix du diocèse d’Uvira, dans la province du Sud-Kivu, a organisé, le dimanche 28 septembre, à la paroisse de Mulongwe, une célébration pour la Journée internationale de la paix. C’était en collaboration avec les représentants de différentes confessions religieuses et des leaders des groupes tribaux de la contrée. Les participants ont réfléchi autour du thème proposé par le Secrétaire Général  de l’Organisation des Nations Unies : «  Le droit des peuples à la paix. »
Dans l’homélie de la messe qu’il a présidée pour ouvrir les célébrations, le président de la Commission diocésaine Justice et Paix, monsieur l’abbé Patient Wilela, a insisté sur le fait que la paix reste un bien cher à tout humain et qu’il revient à chacun de contribuer pour son avènement.

Jean Tobie-Okalla, le chargé de l’information publique de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation du Congo, la Monusco/Uvira, a tenu ensuite un exposé mettant en exergue les facteurs qui favorisent ou qui bloquent la paix.
Enfin, différents leaders ont lancé des messages visant à construire la paix sur une nouvelle piste dans la région du Kivu et des Grands lacs africains, avec l’implication de toutes les communautés religieuses ou ethniques.

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.