Accéder au contenu principal

Pour la paix dans le Kivu

Au cœur des jours et des nuits

2015 : pour la paix dans le Kivu

Amani. C’est le nom que portait l’adolescent rencontré le 19 mars 2009 dans le camp de déplacés de guerre de Kiwanja, à 5 kilomètres de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu, à 70 kilomètres de la capitale provinciale Goma. Dans le camp de Kiwanja, en 2008, des hommes armés avaient perpétré un massacre sans nom. Le Comité permanent de la Conférence épiscopale nationale du Congo s’était alors indigné à juste titre. Les évêques ont publié, le 13 novembre 2008, une déclaration comme cri de détresse et de protestation contre ce qu’ils redoutaient comme un « génocide silencieux ».


Amani veut dire paix en langue swahili. Le garçon de Kiwanja ne désirait que la paix. Il y tenait surtout parce que, nous a-t-il dit, il voulait reprendre le chemin de l’école dans son village. Depuis la guerre menée par le mouvement rebelle du Congrès National pour la Défense du Peuple, le CNDP, Amani était comme un prisonnier dans ce camp, sous la surveillance de la Mission des Nations-Unies pour la Stabilisation du Congo, la MONUSCO (ou MONUC). Mais à quoi bon cette protection des Nations-Unies si Amani n’avait pas retrouvé l’école de son village, et s’il n’avait même pas un terrain de jeu pour un football digne de ce nom entre de vrais copains  ?

Le 2 décembre 2014, le gouverneur de province Julien Paluku a annoncé la fermeture du camp de déplacés de Kiwanja. Le gouverneur du Nord-Kivu a expliqué que ce camp cachait des criminels, auteurs de tueries dans la région de Rutshuru.

En 2014, Amani a dépassé les vingt ans d’âge. C’est un grand garçon. Qu’est-il devenu ? A-t-il fini l’école secondaire quelque part ? N’est-il pas devenu membre, lui aussi, d’un groupe de miliciens mai-mai ? N’avait-il pas été recruté par le mouvement rebelle du 23 mars dit le M 23 qui a investi Rutshuru et la région dès le mois d’avril 2012 avant d’être vaincu par l’armée nationale en novembre 2013 ? Qu’est-devenue la paix depuis lors ?

Qu’est devenu le cher enfant Amani ? N’est-il pas rentré plus au nord dans la région de Beni et de Butembo ? Là, justement, en 2014, l’armée nationale a combattu le mouvement rebelle ougandais des ADF-NALU et ses complices congolais.  Le mouvement rebelle a investi la région depuis une vingtaine d’années, bien avant la naissance d’Amani. Et le cher Amani, à vingt ans, ne s’est-il pas engagé dans ces autres groupes armés voués à combattre l’ennemi étranger mais qui se sont retrouvés en face d’autres compatriotes entretenus par les mêmes soutiens étrangers ?

L’année 2015 fera-t-elle que le mot swahili Amani dise vraiment la paix pour cet enfant du Nord-Kivu ? Une religieuse née à Beni rappelle avoir passé sous un lit la première nuit de son entrée au postulat. C’était en 1992. La révérende soeur a entamé sa formation religieuse sous la peur. Elle hésite aujourd’hui à rentrer à Beni. Il y manque encore la paix si désirée.

Jean-Baptiste Malenge Kalunzu

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.