Accéder au contenu principal

Pâques et libération à la prison centrale de Makala (Kinshasa)

A la prison centrale de Makala à Kinshasa, la semaine sainte a été célébrée comme promesse et moment de libération. Mais que veut dire « libération » pour des détenus ? Le père Prosper Ndjoli, missionnaire oblat de Marie Immaculée, aumônier catholique de la prison centrale explique :
« La libération, au-delà des murs de la prison, nous l’assurons en organisant deux activités. La première, c’est la prière, le culte sacré, l’administration des sacrements et l’accompagnement psycho-spirituel, qui nous aident à apporter le Christ. Par la résurrection, le Christ est capable de ressusciter même quelqu’un qui est resté longtemps dans le mal et qui entre en prison. Une autre activité, c’est ce que nous appelons l’alphabétisation.
Nous voudrions que des détenus apprennent à réfléchir sur leur propre vie, à se poser des questions pour comprendre ce qui leur est arrivé, pour comprendre ce qu’ils peuvent faire lorsqu’ils sont libérés des murs de la prison. Certains des formateurs sont des détenus, qui sont formés, qui ont du talent et qui donnent de leur temps pour apprendre à ceux qui sont analphabètes quelque chose. »
Le père Ndjoli signale aussi que si le rite de la réconciliation, de la demande de pardon dure très longtemps pendant les messes célébrées en prison, c’est parce qu’il tient à accorder aux détenus le temps de se regarder eux-mêmes et surtout de s’ouvrir à la miséricorde de Dieu et de la recevoir pour transformer leur vie en une vie nouvelle.




Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.