Accéder au contenu principal

Pâques et libération à la prison centrale de Makala (Kinshasa)

A la prison centrale de Makala à Kinshasa, la semaine sainte a été célébrée comme promesse et moment de libération. Mais que veut dire « libération » pour des détenus ? Le père Prosper Ndjoli, missionnaire oblat de Marie Immaculée, aumônier catholique de la prison centrale explique :
« La libération, au-delà des murs de la prison, nous l’assurons en organisant deux activités. La première, c’est la prière, le culte sacré, l’administration des sacrements et l’accompagnement psycho-spirituel, qui nous aident à apporter le Christ. Par la résurrection, le Christ est capable de ressusciter même quelqu’un qui est resté longtemps dans le mal et qui entre en prison. Une autre activité, c’est ce que nous appelons l’alphabétisation.
Nous voudrions que des détenus apprennent à réfléchir sur leur propre vie, à se poser des questions pour comprendre ce qui leur est arrivé, pour comprendre ce qu’ils peuvent faire lorsqu’ils sont libérés des murs de la prison. Certains des formateurs sont des détenus, qui sont formés, qui ont du talent et qui donnent de leur temps pour apprendre à ceux qui sont analphabètes quelque chose. »
Le père Ndjoli signale aussi que si le rite de la réconciliation, de la demande de pardon dure très longtemps pendant les messes célébrées en prison, c’est parce qu’il tient à accorder aux détenus le temps de se regarder eux-mêmes et surtout de s’ouvrir à la miséricorde de Dieu et de la recevoir pour transformer leur vie en une vie nouvelle.




Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.