Accéder au contenu principal

Les religieuses et religieux prient en clôture de l’année de la miséricorde




Quelque 500 religieuses et religieux se sont retrouvés le dimanche 13 novembre dans l’église du Sacré-Cœur de Kinshasa-Gombe pour une prière en vue de la clôture de l’année de la miséricorde.
L’adoration eucharistique et la liturgie pénitentielle ont été les deux grands moments vécus ensemble. Le Nonce Apostolique, Mgr Luis Mariano Montemayor, a prononcé une exhortation, rappelant aux consacrés quelques thèmes chers au Pape François, notamment celui de l’Eglise « en sortie ».
Des prières ont été faites avec l’intention particulière pour demander la paix. La secrétaire de la Commission épiscopale pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, sœur Christine Nsenga, disciple du divin maître, a donné lecture d’un message adressé aux consacrés au nom de la Conférence épiscopale, par le président de la Commission épiscopale de la vie consacrée et des sociétés de vie apostolique, Mgr Oscar Ngoy, évêque de Kongolo. 


« Au terme de ce Jubilé, écrit l’évêque, nous sommes envoyés dans nos familles, nos communautés nos milieux apostoliques et partout dans notre pays avec un cœur capable d’aimer en vérité et de s’engager pour la paix, la concorde et la miséricorde. Osons sortir de nos habitudes et de nos rancunes pour entrer en relation de paix, pour remettre debout l’autre et pour faire renaître au cœur de notre pays et du monde la confiance et la miséricorde divine. »

Posts les plus consultés de ce blog

Abbé Donatien Nshole : « A chacun son rôle dans la situation socio-politique »

« A chacun son rôle entre l’Eglise et la classe politique, et dans l’Eglise, entre les laïcs et le clergé ». Le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo, monsieur l’abbé Donatien Nshole, l’a martelé au cours d’une conférence-débat organisée le vendredi 27 octobre par le Centre d’Information et d’Animation Missionnaire des Missionnaires de Scheut dans la salle des conférences de la paroisse saint Joseph de Kinshasa-Matonge.

Les Filles de la charité de saint Vincent de Paul allongent le temps de la formation première

Pour un meilleur service des pauvres, les Filles de la charité de saint Vincent de Paul ont restructuré leur formation première. Désormais, les aspirantes passeront au moins cinq ans de formation avant le premier engagement.

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.