Accéder au contenu principal

Nouveau livre : "L'Eglise accueille les pécheurs" du père Cyrille Atitung



L'année sainte de la miséricorde a refermé ses portes en ce dimanche 20 novembre, mais la porte de la miséricorde reste ouverte, a dit le pape.

Ce livre du père Cyrille Atitung, missionnaire oblat de Marie Immaculée, indique comment "traverser courageusement notre époque dans ses bouleversements comme dans sa progression vers le salut".
L'auteur, docteur en sciences patristiques, professeur de patrologie à l'Institut Saint Eugène de Mazenod de Kinshasa, replonge dans l'histoire de l'Eglise, dans l'antiquité chrétienne, pour retrouver la leçon : le schisme mené au sein de l'Eglise catholique africaine par Donat le Grand, évêque de Cases-Noire.

Le problème de l'identité de l'Eglise est reposé de manière tranchée. Saint Cyprien de Carthage, en Afrique du nord, prône l'accueil des pécheurs, des indignes qui avaient failli, au quatrième siècle, pendant les persécutions de Dioclétien.

Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.