Accéder au contenu principal

Sœurs hospitalières du Sacré-Cœur de Jésus : 25 ans en RDC


Les sœurs hospitalières du Sacré-Cœur de Jésus ont ouvert, le dimanche 29 septembre, l’année de la célébration du jubilé d’argent de leur présence en RDC. Monsieur l’abbé Jean Matiti, curé de la paroisse saint Jean Apôtre de Kinshasa, a présidé la messe à cette occasion, dans l’église paroissiale. Il a reconnu que les sœurs hospitalières sont véritablement au service du Seigneur, parce qu’elles sont au service des pauvres parmi les pauvres, en l’occurrence des cas de maladies mentales.

Les sœurs hospitalières sont arrivées à Kinshasa en 1989, à la demande de l’archevêque d’alors, feu le cardinal Joseph-Albert Malula. Un quart de siècle plus tard, les religieuses sont attendues dans bien d’autres diocèses du pays. Sœur Hortense Mayela, supérieure des hospitalières en RDC, a révélé que des appels sont déjà venus de Kisangani et de Lubumbashi. « Avec les vocations que le Seigneur nous envoie, nous espérons y aller un jour », a-t-elle dit. La congrégation compte déjà une quinzaine de Congolaises à vœux perpétuels et une dizaine à vœux temporaires, sans compter les novices et les postulantes.
Les sœurs hospitalières collaborent avec des laïcs. Sœur Angèle Guttierez, l’une des trois pionnières de la mission en RDC souhaite qu’ils soient de plus en plus nombreux, pour aller jusque dans la rue visiter les malades.


Les sœurs hospitalières du sacré-cœur de Jésus sont connues à Kinshasa pour le centre de santé mentale Telema situé dans la commune de Matete.






Posts les plus consultés de ce blog

Retraite sacerdotale annuelle au diocèse de Tshumbe

Ils étaient 56 prêtres du diocèse de Tshumbe, dans la province du Sankuru. Ils ont fini leur retraite annuelle, le dimanche 17 décembre, par la prière sur la tombe de leurs confrères défunts enterrés non loin de la cathédrale sainte Marie de Tshumbe. Ils ont concélébré dans la cathédrale à la clôture de la retraite annuelle prêchée pendant toute une semaine au Centre de formation Emmaüs par monsieur l’abbé abbé Roger Dikebelayi, prêtre de l’archidiocèse de Kananga et formateur au Grand Séminaire Saint-Jean Paul II de Lodja, dans le diocèse de Tshumbe.

Meilleurs voeux

Au cœur des jours et des nuits : Photo et funérailles

Aussitôt que j'ai pris une chaise et que je me suis bien installé au lieu des funérailles de mon ami, un jeune homme s'est proposé de me prendre en photo. Contre paiement d'argent, bien sûr. J'ai refusé la sollicitation. Le jeune photographe amateur gagne ainsi sa vie. C'est facile à penser : chaque jeune, aujourd’hui, diplômé d'université ou pas, se crée un métier, un gagne-pain, faute d'en trouver un. Il n'y a pas tant d'offres d'emploi ces jours-ci.