Accéder au contenu principal

Le cercueil du cardinal

Au cœur des jours et des nuits
Le cercueil du cardinal


Le musée Cardinal Malula inauguré récemment à Kinshasa-Limete rappelle le cercueil du cardinal Frédéric Etsou. Voilà deux pasteurs de l’Eglise de Kinshasa qui se ressemblent. Des philosophes nous l’ont dit avec raison : C’est lorsque s’achève l’histoire d’un être humain sur terre que les autres peuvent enfin la lire et comprendre vraiment qui était le défunt. Frédéric Etsou et Joseph-Albert Malula, la fin de leur vie a révélé ce qu’ils ont été et que nous n’avons jamais vu ni peut-être imaginé auparavant.

Une journaliste qui a visité le musée Cardinal Malula a vite retenu le climat dans la vie du grand personnage : la simplicité. La journaliste n’a pourtant pas tout vu ni appris non plus. Par exemple : elle n’a pas entendu la religieuse qui me racontait que dans la salle de bain, le dernier porte-savon du cardinal Malula portait un amoncellement de bouts de savon. Le grand homme vivait ainsi : Un reste de savon en attendait un autre pour faire un bon morceau qui tienne dans la paume d’une main.


On ne parle pas ici de la vie privée de Joseph Malula, mais les membres de la congrégation religieuse qu’il a fondée ne peuvent s’en empêcher. Leur père fondateur, leur saint fondateur, comme dit une religieuse, a vécu dans la simplicité tout évangélique. Le vœu de pauvreté qu’il a proposé à ses filles demande aussi la simplicité. Le fondateur en a donné l’exemple.

Joseph Malula ressemble de ce point de vue à celui qui lui a succédé sur le siège de l’archidiocèse de Kinshasa. Frédéric Etsou Nzabibamungwabi avait fait vœu de pauvreté dans sa congrégation religieuse. En janvier 2007, c’est aussi une journaliste qui s’aperçut de la simplicité dans la vie privée de l’illustre disparu.

De rares journalistes avaient eu le rare privilège d’une visite guidée dans la résidence privée du cardinal Frédéric Etsou. Une journaliste ne me cacha pas avoir découvert qu’à côté d’un appareil de radiodiffusion tout simple, l’archevêque de Kinshasa utilisait des écouteurs tout simples, les moins chers sur le marché local. La journaliste aurait souhaité des écouteurs de luxe. Dignes d’un cardinal, estima-t-elle.

Un autre journaliste avait déjà soulevé la question. Il avait vu en direct à la télévision le cercueil arrivé de Belgique. Le cercueil de Frédéric Etsou ne brillait pas. Et le journaliste avait eu l’impression que le bois n’était pas d’un luxe digne de l’illustre disparu…

On pouvait dire de même en avril 2005. La télévision nous montrait les funérailles du pape Jean-Paul II. Tous les grands du monde étaient arrivés devant la Basilique saint Pierre de Rome. Le cercueil en bois ne semblait pas digne de l’illustre disparu.

Jésus de Nazareth aussi avait été enterré dans un jardin commun. Des femmes généreuses l’ont embaumé. Et le surlendemain, sa meilleure amie, Marie-Madeleine, n’eut pas forcément l’occasion de rendre à son corps le meilleur hommage. Jésus ressuscita, et depuis, chaque cercueil, chaque corps humain vaut son pesant d’or. Au-delà du cercueil, de la natte, de la feuille de bananier…

Le pape François prêche la simplicité à la manière de François d’Assise. Récemment, François a mis en garde les évêques contre ce qu’il appelle la mondanité. Que les évêques et tous les autres ne s’encombrent pas de biens au point d’avoir des difficultés à déménager. Plus récemment encore, le pape a mis en garde le millier de prêtres qui étaient en retraite à Rome contre l’amour de l’argent. Le diable entre par la poche, a-t-il averti.

Jean-Baptiste MALENGE Kalunzu

jbmalenge@gmail.com

Posts les plus consultés de ce blog

8 mars : honneur à la Vierge Marie et à la bienheureuse Anuarite

La Sainte Vierge et la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, voilà deux femmes qui ont été à l’honneur en la Journée internationale de la femme, le mercredi 8 mars. C’était lors de la soirée de gala, la quatrième de l’histoire, organisée dans un hôtel de Kinshasa par les missionnaires de saint Paul en collaboration avec l’œuvre de charité Magnificat et l’ONG Congo Positif. 
Le père Alphonse Abedi, missionnaire de saint Paul a dit avoir choisi le thème afin d’honorer des femmes exemplaires pour « la fidélité à la parole donnée ».

Ministères et campagne des vocations à Tshumbe

Le dimanche 19 mars, dans la cathédrale sainte Marie de Tshumbe, dans la province du Sankuru, Mgr Nicolas Djomo a reçu les engagements de quinze grands séminaristes de la première année de théologie et conféré les ministères de lectorat à huit séminaristes de deuxième et d’acolytat à treize de la troisième année. Ils sont venus du Grand Séminaire Interdiocésain Saint Jean Paul II de Lodja à Shapembe, dans le diocèse de Tshumbe.

Les religieuses de Kisangani se cotisent pour la Basilique Anuarite

Le chapelet de la divine miséricorde sera prié chaque vendredi pour soutenir la médiation des bons offices assurée à Kinshasa par la Conférence épiscopale nationale du Congo pour une sortie de crise politique. Ainsi l’ont décidé une vingtaine de supérieures majeures des religieuses de la province ecclésiastique de Kisangani, présentes dans les neuf diocèses de Kisangani, Isangi, Bondo, Buta, Bunia, Wamba, Mahagi-Nioka, Isiro-Niangara et Dungu-Doruma. Les religieuses implorent l’intercession de la bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite, patronne de l’Union des Supérieures Majeures de la RDC.